Au pays des contes

Tous les soirs, le rituel du coucher de mon fils consiste en un temps de jeu calme et une histoire, le plus souvent un conte. Nous n’y dérogeons pas et il adore ça.

Il en est de même pour moi lorsqu’après une journée harassante : je m’installe devant mon chevalet pour peindre. Et c’est tout naturellement que l’univers des contes s’invite dans mes modestes créations.

J’ai malheureusement peu de temps à consacrer à mon hobby donc une esquisse  à la mine graphite et je me lance . Elle est tendre, très solide et j’aime son côté épais et court qui tient bien en main.

Je commence par le  » jus  » sur un papier pour huile , un lavis ocre clair pour commencer car c’est un ton neutre, un temps de calme et de préparation avec un gros pinceau. Mon fils était en vacances, je n’avais plus de médium et j’ai travaillé cette fois-ci au white spirit . Vous savez que les préoccupations écologiques sont pour moi au premier plan et qu’il n’est pas question que j’incommode mon fils avec ces essences. Il existe une gamme de diluants très intéressants, Green For Oil de chez Sennelier, je vous en parlerais la prochaine fois. On peut aussi utiliser de l’huile de lin comme diluant,  j’en ai fait l’expérience,  mais cela n’en finit pas de sécher et la peinture est trop grasse.

Je débute, vous le savez, et les erreurs forment la jeunesse. Je patouille, parfois cela fait des bulles mais c’est ainsi que j’apprends puisque je suis autodidacte.

Peu à peu j’ai avancé dans mon projet en respectant la règle du gras sur maigre c’est à dire que la couche du dessous doit être moins grasse que celle du dessus.

Et j’ai découvert cette fois ci la Peinture à l’huile extra-fine Norma de SCHMINCKE . Sa formule écologique mêle huiles et additifs végétaux . Je vous avais parlé précédemment de la gamme d’huile à l’eau Artisan de Winsor et Newton  qui est très intéressante pour éviter toute toxicité. La aussi, la marque Schmincke a à coeur de rechercher des procédés plus écologiques pour ses composants.

Les huiles Norma sont particulièrement brillantes. Je n’en ai que quelque unes mais il y a 84 nuances,  toutes miscibles entre elles mais également avec d’autres peintures à l’huile ce qui est très pratique.

Attention, par contre on ne peut pas mélanger  les huiles extra fines à l’huile avec les huiles à l’eau ! La texture de ces huiles est  très crémeuse ce qui les rend très agréables  à travailler et les pigments sont puissants.

Et voici donc naître sous mon pinceau un chaperon qui n’est pas rouge, portant un panier, aux prises avec des fleurs bien inquiétantes. Comme vous le voyez c’est un univers très coloré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *