Rencontres

Sara : une italienne haute en couleurs

25 mars 2017
bloggif_58d540d8e057c

Je vous en parlais lors d’un petit babylook et vous avez été nombreux à vouloir en savoir plus sur cette jeune marque prometteuse. Je suis donc partie à la rencontre de Sara, la créatrice de la marque Piccolo Made in Italy.

Pouvez-vous nous raconter votre parcours professionnel ?

Je m’appelle Sara, je suis italienne. Piccolo Made in Italy est mon rêve d’enfant.

Il a fallu passer certaines étapes pour arriver à le réaliser : un diplôme en Business Management à Rome, un Master en Marketing en Suisse, un travail chez une grande société de mode Hugo Boss, et puis, une longue expérience à Milan chez la multinationale de la beauté par excellence, L’Oréal ! J’ai travaillé dans les domaines du Marketing et du Commercial, j’ai consacré ma vie au travail les premiers années, je l’ai fait avec beaucoup de plaisir. J’ai pu vite apprendre, grandir et faire des belles expériences professionnelles. Par ailleurs, dans les long couloirs de L’Oréal j’ai aussi rencontré l’amour de ma vie, qui est très rapidement devenu mon mari. Et puis, 2 filles, un déplacement à Paris, la ville la plus belle du monde, que m’a tellement inspiré. A 23 ans je ressentais surtout la nécessité d’un cadre. A 33 ans, j’ai voulu oser de faire quelque chose en autonomie, je me suis sentie prête à me consacrer à Piccolo !
Comment s’est déroulée la naissance de vos filles et en quoi cela a-t-il changé votre rapport à votre ancien travail ?
Bianca Maria est née il y a 6 ans dans un grand hôpital de Milan, entourée par l’amour et l’attention de toute la famille. En Italie, on a la possibilité de profiter de plusieurs mois de maternité, et c’est ce que j’ai décidé de faire. J’ai repris mon travail 14 mois après sa naissance, et depuis j’ai commencé à ressentir une sensation de culpabilité qui me rendait un peu triste, et, en me regardant dans le miroir je voyais une femme moitié maman et moitié manager, en tous les cas pas heureuse.
Ludovica est très rapidement née il y a 2 ans à Milan, et 17 jours après sa naissance, on a déménagé à Paris et la petite a pu connaitre la Ville Lumière ! L’urgence de m’occuper de mes filles pendant ce grand moment de changement, l’expatriation, Paris, l’environnement international, tous ces facteurs m’ont beaucoup inspiré. Piccolo Made in Italy était prêt à naitre.
b-mon-amie-ada
En quoi vos filles ont influencé la naissance de votre projet ?
Dans ma vie j’ai rencontré plein de mamans, même des copines, qui ont rêve de se lancer dans le business de la mode enfantine. On devient maman et la passion de leurs vêtements si petits, si mignons, nous emporte. Pour moi, ce n’était pas ça.
Piccolo Made in Italy a très peu à voir avec mon expérience de maman, mais plutôt avec mes expériences professionnelles et mon envie de créer quelque chose de different, une marque slow fashion, haut de gamme et made in Italy.

Comment est né le concept, quelles ont été vos inspirations et les différentes étapes de création ?
Trois étapes avant que Piccolo puisse pointer son nez : un cours de français de 4 mois, une formation sur le digital marketing auprès de la CCI de Paris, 6 mois de Business Plan. Et trois grandes piliers à la base de la marque : le concept d’une mode slow fashion, le made in Italy, l’idée de la valisette !
J’ai voulu créer une marque qui me ressemble. Je déteste constater comme, très souvent aujourd’hui, les jeunes mamans préfèrent les marques Fast Fashion, qui proposent des vêtements réalisés très loin de chez nous, avec des systèmes loin de notre tradition européenne, qui durent 35 jours en moyenne, et qui ont un impact terrifiant sur l’environnement. La “mode jetable” nous rend tous identiques, un clonage de style. Chez Piccolo les vêtements sont pensés pour durer et être transmis de mère en fille, ils sont fabriqués à la main en Italie par des femmes courageuses et dans des conditions sociales optimales, et ils sont créés selon le vrai savoir-faire Made in Italy, une tradition que nous appartient à nous tous. Piccolo Made in Italy est le plaisir de choisir la qualité et le style.
La longue histoire du Made in Italy m’a toujours fait rêver, célébrée en juillet 1952, dans la prestigieuse Sala Bianca de Palazzo Pitti à Florence. La mode italienne était désormais devenue une réalité internationale et Florence en était devenue la capitale. Les créateurs de mode italiens parvenus au succès pendant les années 70, 80 – Armani, Valentino, Versace, Ferré – sont aujourd’hui considérés eux aussi comme de véritables artistes. Le Made in Italy, aujourd’hui, est la troisième brand le plus connue au monde après Coca Cola et VISA.
Suite au grand succès remporté par le marché des “box”, il semblait une obligation de proposer aux mamans un produit qui soient à la fois de qualité, à la fois très complet, à la fois soigneusement emballé et livré. C’est comme ça que l’idée de la petite valisette vintage est née : elle peut servir à la fois pour ranger les joues des enfants, à la fois comme jolie décoration. En tout cas, adorée par les enfants ! C’est la volonté de proposer Piccolo comme idée cadeau : vous pouvez offrir une tenue complète, de grande qualité, avec un emballage cadeau, et livré en 1 heure à Paris, et très rapidement worldwide !
cavi

Quel est le challenge quotidien en tant que chef d’entreprise et mère ?

J’ai toujours voulu ça. Etre une maman était le but de ma vie. Etre un chef d’entreprise était mon rêve. J’entends toujours des gens dire que c’est très complique de gérer ces deux “travail” au même temps. Je ne suis pas tout à fait d’accord. Je suis très reconnaissante d’avoir pu créer ma société. Ca me permets d’organiser ma journée en autonomie, de trouver du temps pour emmener les filles à leurs activité, voir leurs progrès, être présente tous les jours à la sortie d’école. Bien sûr, d’autre part, il faut impérativement travailler le soir, ou le weekend, être prête à le faire, avoir une certaine capacité d’adaptation.

Une mère italienne est-elle différente ? Si oui, en quoi ?
C’est toujours très intéressant pour moi de constater les immenses différences qui existaient entre les mamans françaises et les mamans italiennes. Je me retrouve à parler de ce sujet très souvent avec mes copines. Italie et France sont à coté mais des kilomètres les séparent sur le plan de la pédagogie !
Ce n’est pas un vieux cliché que celui des garçons italiens qui restent chez maman jusqu’à 40 ans dans la conviction que c’est l’endroit le plus beau du monde. Les mamans italiennes ont leur part de responsabilité : nous sommes très attachées à nos enfants depuis leur naissance et pour toujours, on essaie de les défendre de toutes difficultés de la vie, et à tous prix. Ca a un clair impact dans la vie quotidienne : au parc (on les suit partout, même sur le toboggan !), à l’école (on se méfie toujours des enseignantes et de leur travail), au travail ( si maman n’est pas d’accord … ).
b-oncle-umberto
Racontez-nous une journée type ?
Je me leve à 7h, je m’occupe de moi avant que les petites coquines se réveillent ! On a l’habitude de prendre notre petit dejeneur en famille, interdit de sortir de la maison avant avoir échanger avec le reste de la famille autour d’un capuccino ! Après, c’est l’école pour les filles et le travail pour maman et papa. Même si mon travail se fait plutôt assis à l’ordinateur et sur les réseaux sociaux, je n’oublie jamais l’importance d’échanger dans la vrai vie avec des personnes qui peuvent m’inspirer, me conseiller, me guider. Et je dédie un jour par semaine à ma formation sur des sujets du marketing digital, du e-commerce, du media management. La longue expérience chez L’Oreal m’a appris qu’il faut toujours se former pour être crédible. Et le soir est toujours dédié à mon mari, l’amour de ma vie.
L’enthousiasme des fournisseurs, le sourire des clientes, la fierté de mon mari et des mes filles font des mes journées des journées heureuses.
maillot-garcon
Comment votre mari et vos filles interviennent au quotidien dans votre marque ?

C’est drôle de constater que le premier mot que ma fille Ludovica ( 2 ans aujourd’hui ) a prononcé a été “piccolo”, elle a du l’entendre un million de fois ! Bianca Maria ( 6 ans ) participe tous les jours à mon travail : elle me range le stock par taille, elle m’aide à prendre mes décisions sur les tissus par exemple, elle adore participer à la préparation des commandes !
Mon mari a toujours été à coté de moi dans l’aventure de Piccolo : le premier rendez-vous avec la banque, la création du business plan, toute la partie financière notamment ( il travail en tant que directeur finance ). Il m’a poussé à créer la société, il croit en moi et fait de moi la personne la plus heureuse du monde tous les jours.

Quels sont vos nouveaux projets pour 2017 (et 2018!)

Les plans pour l’avenir sont : de traduire le site en anglais et italien, pour que Piccolo puisse s’exprimer worldwide; organiser des événements en France pour faire connaitre la marque aux plus grand nombre, d’organiser des collaborations avec d’autres start-ups françaises pour m’aider à grandir.
Mais si vous me demandez mes rêves pour l’avenir, alors c’est l’ouverture d’une magnifique boutique, avoir des employées ( des femmes bien sûr ! ), et d’exporter la marque en Asie. Et, de laisser, un jour, ce business en plein croissance à mes filles et de les voir heureuses.

You Might Also Like

13 Comments

  • Reply Manuela 25 mars 2017 at 22 h 40 min

    Yes j’adore !

    • Reply Marthe-Camille 27 mars 2017 at 10 h 40 min

      Merci pour elle 🙂

    • Reply Sara 28 mars 2017 at 10 h 16 min

      Merci Manuela !

  • Reply Groseille 26 mars 2017 at 19 h 52 min

    Canon

    • Reply Marthe-Camille 27 mars 2017 at 10 h 40 min

      Oui !

    • Reply Sara 28 mars 2017 at 10 h 16 min

      Merci !

  • Reply Carole 26 mars 2017 at 21 h 56 min

    très mignon la layette

    • Reply Marthe-Camille 27 mars 2017 at 10 h 40 min

      Je dois dire que je suis fan 🙂

    • Reply Sara 28 mars 2017 at 10 h 17 min

      Merci Carole !

  • Reply Fabrice 27 mars 2017 at 10 h 32 min

    je confirme : créatrice et marque canons

    • Reply Marthe-Camille 27 mars 2017 at 10 h 39 min

      😉

    • Reply Sara 28 mars 2017 at 10 h 17 min

      Oh merci beaucoup Fabrice !

  • Reply Mimi 27 mars 2017 at 20 h 40 min

    ♡♡♡

  • Leave a Reply