Mon papa est un gangster. Ma maman est freelance !

Etre freelance, ça a toujours été une aspiration. Durant mes études, puis lors de mes expériences salariées, je n’avais que ça en tête : me mettre à mon compte. Pour moi ça représente la liberté de choisir des projets qui font vibrer, d’organiser son temps en fonction de son rythme personnel, mais aussi de passer d’un dossier à l’autre sans jamais se lasser (essentiel pour quelqu’un d’humeur primesautière comme moi). En devenant maman, être freelance avait là encore tout son sens. Nous ne souhaitions pas mettre notre bébé en crèche, et le garder à la maison était vraiment important pour nous. Sauf que dans notre imaginaire de parents, un bébé ça dort tout le temps, ça s’amuse d’un rien, et on peut vraiment bosser à côté sans problème. Erreur. Quelques ajustements plus tard, 2/3 nuits blanches et pas mal de réflexion, on a trouvé un (début) d’équilibre. Je vous raconte ?

Donner au papa toute sa place (mais aussi toutes ses responsabilités)

Quand, comme moi, vous êtes freelance et que le papa est salarié, vous vous retrouvez vite submergée à la maison avec tout à gérer. On laisse d’abord de côté les tâches ménagères, on se laisse un peu aller, pour se concentrer sur l’essentiel : garder un bébé et des clients heureux. Difficile de concilier les deux ! Alors au lieu d’adopter le style valises-sous-les-yeux et regard-qui-tue-chéri-tu-rentres-tard, mieux vaut miser sur un seul et unique mot clé : l’organisation !

Nous avons la chance d’avoir des horaires assez flexibles, et mon conjoint, pour un salarié, peut vraiment organiser son temps comme il le souhaite. Du coup, je prévois toutes mes réunions en fonction de son emploi du temps pour qu’il puisse me relayer. N’hésitez pas à créer un Google Agenda partagé pour les plus overbookés, ça vous permet de voir vos disponibilités familiales en un clin d’oeil ! Je prévois aussi à l’avance les journées où je vais être particulièrement occupée pour qu’il puisse se libérer et me laisser toute entière à mon travail. Et évidemment je lui renvoie l’ascenseur en m’occupant du petit à temps plein dès qu’il a des journées chargées.

Profiter des siestes et des soirées pour cravacher

Dans un monde idéal, un bébé dort plusieurs heures, et vous pouvez donc travailler sereinement. Je dis idéal, parce qu’évidemment c’est toujours lors de journées chargées que bébé refuse de faire sa sieste. Vous êtes stressée ? Pressée de le coucher ? Il doit sûrement le sentir mais c’est toujours dans ces moments là que mon bout de chou est hypra éveillé. Mais comme on est des super mamans, on fait avec et avec le sourire ! De manière plus générale, prenez le pli de récupérer pendant son sommeil. Et surtout, évitons de culpabiliser. On ne peut pas être à 100% partout, mais on peut l’être à chaque situation ! Un nouveau mail urgent ? Je le traite à 100%. Une couche pleine ou un gros malheur ? C’est ma priorité de l’instant !

Apprenez à déléguer

Il est souvent difficile de tout mener de front, et parfois confier son bébé quelques heures à un proche fait un bien fou. Quand j’ai des réunions importantes ou des journées d’astreinte et que mon conjoint est occupé, je profite généralement de ma maman pour lui confier bébé. La plupart du temps je ne suis pas loin, mais je sais que je peux me concentrer et que c’est elle qui va gérer l’intendance pleurs-change-repas. Et c’est déjà un grand soulagement !

Pour les plus fatiguées, pensez à récupérer avec des nuits réparatrices devenues rares avec un nourrisson. Les nounous de nuit existent et assurent la permanence de 22h à 7h du matin. Idéal pour enchaîner sur une journée productive !

Mon bébé, moi … et les ondes !

Mon travail se fait exclusivement devant un ordinateur. J’ai aussi mon smartphone et ma tablette à proximité. C’est très pratique et ça permet d’être toujours connectée. Oui mais avec un bébé ? Les premières semaines je ne savais pas du tout comment m’organiser : impossible de garder bébé en écharpe (alors que parfois, il ne dort que comme ça), et de le scotcher juste devant l’écran à subir toutes les ondes. Certes nous n’avons pas de recul mais je suis certaine que ça ne peut qu’être néfaste, et je fais partie de ces mamans anti écrans (pas de télé avant 3 ans, je veux m’y tenir!).

Oui mais alors, comment travailler avec un petit agité qui ne veut que les bras, et des centaines de mails et de dossiers à traiter ? Je ne sais pas si c’est la solution miracle, mais moi j’ai opté pour le plaid bio anti-ondes de Belly Armor. Bien sûr ça ne veut pas dire que mon fils va traîner en continu collé aux écrans, mais pour les jours où il ne veut pas quitter mes bras, je peux l’apaiser et travailler en même temps puisque les ondes sont coupées.

Et vous, quelles sont vos astuces pour travailler avec un bébé ?

35 réponses sur “Mon papa est un gangster. Ma maman est freelance !”

  1. Un papa toujours prêt à donner un coup de main 🙂 C’est ce que je fais pour ma femme, elle me le rend bien, et moi je profite du bébé ! Tout le monde est ravi 🙂

  2. La nounou de nuit ça m’a sauvé : finis les matins épuisée à avoir envie de pleurer. Après une vraie nuit de sommeil, j’étais opérationnelle au travail et de nouveau ravie de voir mon bébé ! ouf !

  3. Etre une maman freelance, c’est aussi pouvoir passer toute l’après-midi au parc !
    Mon petit joue, je le surveille en jetant un coup d’oeil à mes mails. Lui ne se rend pas compte que je travaille, et mes clients ne se rendent pas compte que je suis avec mon fils !

  4. Hey ! Ton article fait relativiser sur ce double-emploi wondermaman/workingirl ! De notre côté, il doit pointer son nez d’ici quelques jours et nous sommes un peu affolés de l’organisation qu’il faudra ajuster Amoureux et à la fois associés d’une agence de communication, nous misons sur la nacelle pour ses dodos directement au bureau… Nous verrons si cela fonctionne ou si je dois rester à la maison.

    Doigts croisés pour un bébé sage et dormeur !!

    1. Merci pour ton commentaire Eleonore ! Il n’y a pas de raison que ça ne fonctionne pas 🙂 Nous les débuts étaient un peu rock car on n’avait pas encore trouvé notre rythme, et sûrement sous estimé le besoin de rassurance d’un bébé pour s’endormir (bercer looooongtemps). La nacelle au bureau me semble une excellente idée ! Assez vite il va s’habituer à vos bruits de vie et tout ce qui compte pour lui c’est d’être à côté de vous. Le plus galère à mon sens c’est les skypes/coups de téléphone pros. Pas trop compatibles avec les bruits de bébé … Mais si vous êtes deux pour vous relayer, ça va très bien aller 🙂 Et si tu as besoin d’un conseil je suis toujours là !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *